21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 18:47
Attractivité des courses

Les courses, on les aime aussi pour leur désuétude, leur anachronisme, pour le rempart qu'elle offrent contre le modernisme ambiant et les technologies galopantes. Vivre les courses (les vraies) c'est entendre le claquement des stalles, c'est être au contact des foulées qui tangentent le gazon et vibrer au martélement des sabots. Rien de plus. Le reste n'est que digressions. 
Moderniser pour quoi faire ? Améliorer l'accueil, la visibilité des préparatifs, de la course, éventuellement. Mettre le spectacle sous le meilleur angle. Ré-agencer le décor. 
Mais avant de moderniser, il est impératif d'enrayer le déclin des courses et donc, d'améliorer leur attractivité.  Pour cela, à mon sens, tenter de calquer le modéle anglais (à notre dimension) en concentrant nos plus belles épreuves  sur quelques week-end me semble une des solutions appropriée. Donc, il faut réorganiser le programme (essentiellement d'avril à juillet) sans le bouleverser pour en conserver la cohérence de la sélection, mais surtout accompagner cette concentration par une communication à la hauteur des enjeux.

Le programme pourrait ressembler à cela :
Début de la saison avec quelques préparatoires début avril comme c'est le cas maintenant (Djebel, Imprudence, Harcourt) puis le troisième dimanche d'avril associer La Force, Fontainenebleau, La Grotte avec comme tête d'affiche le
prix Ganay.
En mai, le deuxième week-end  (samedi à Longchamp, dimanche à Saint Cloud) rassembler d'autres préparatoires (Vanteaux, Noailles, Cléopâtre, Greffuhle) et les associer avec le prix du Muguet.


Le troisième week-end à Longchamp serait dédié aux Poules, les Pouliches le samedi avec le Saint-Alary, le prix de Guiche et le Vicomtesse Vigier, le dimanche avec les Poulains, l'Ispahan, le Hocquart et le Palais Royal, soit huit groupes dont quatre groupes 1.

En juin, le deuxième week-end à Chantilly avec samedi le Jockey Club associé au Royaumont et le Sandringham et dimanche le prix de Diane associé au Grand Prix de Chantilly et les prix du Lys, Paul de Moussac, soit sept groupes dont deux groupes 1.

Ce qui ferait deux week-end d'exception à trois semaines d'intervalle. Avec la possibilité d'attirer les lauréat(e)s des Guinées anglaises. 

 

En juillet le premier week-end (samedi à Saint-Cloud, dimanche à Longchamp) rassembler le Grand Prix de Paris et le Grand Prix de Saint-Cloud avec les prix  Malleret, Corrida, Maurice de Nieul et La Coupe de Longchamp, soit six groupes dont deux groupes 1. Les anglais pourraient alors tenter de venir avec le gagnant du Derby d'Epsom puis tenter ensuite les King George.
Le week-end suivant serait sur 2 jours à Chantilly avec les prix Bertrand du Breuil, Chloé, Gros Chêne et avec comme point d'orgue le
Jean Prat.

PL AT - dans CHRONIQUES