1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 02:00

Peu de grands champions marqueront  cette période. Jusqu'au début de la guerre, les propriétaires qui gagneront les meilleures épreuves seront les mêmes que ceux ayant brillé durant la première décennie, à savoir Edmond Blanc, William-Kissam Vanderbilt, Edouard et Maurice de Rothschild.

En 1911, RONDE DE NUIT, sous les couleurs de Jacques de Brémond, marquera les esprits car, en plus d'avoir gagné la Poule d'Essai et le prix Vermeille, elle enlévera le prix de la Forêt sur 1400m et le prix du Pin sur 3000m, exploit qui n'est plus guère usité à notre époque.

MOULINS LA MARCHE n'est pas à considérer un vrai crack, mais il restera gravé dans les souvenirs des turfistes comme celui qui à 8 ans, totalisera la bagatelle de 41 victoires pour 120 courses courues. Acheté à réclamer par Jean Lieux, à l' âge de 2 ans pour une somme assez modique, il rapportera plus de 50 fois son prix de réclamation. Il gagnera de belles épreuves comme le prix d'Ispahan (2 fois), le prix Ganay et le prix de la Forêt.

En 1913, BRULEUR, sous les couleurs d'Edmond Blanc, gagnera le Grand Prix de Paris et le Royal Oak. Toutefois, son principal concurrent, NIMBUS (appartenant à Alexandre Aumont) sera celui qui apparaîtra comme le véritable champion de cette année-là, ayant gagné avec beaucoup de facilité la Coupe d' Or de Maisons-Laffitte et le prix du Conseil Municipal.
BRULEUR, quant à lui, passera à la postérité par sa carrière d'étalon, étant celui qui mettra sur les pistes KSAR, un double vainqueur d'Arc.

 

 

sardanapale

 

SARDANAPALE, EXCEPTIONNEL DANS LE GRAND PRIX DE PARIS
1914 sera l'année où on retiendra la victoire de DURBAN (appartenant à Hermann.B Dureya) dans le Derby d'Epsom, un demi-siècle après GLADIATEUR, mais aussi la lutte intense et spectaculaire antre LA FARINA et SARDANAPALE, deux pensionnaires De Rothschild, le premier appartenant à Edouard, le second à Maurice.
LA FARINA avait battu SARDANAPALE dans les prix Daru et Lupin, alors qu'il avait été battu dans les prix Hocquart et Hédouville.
Le Grand Prix de Paris, qui se courrait sur 3000m à cette époque, sera le théâtre de circonstances de courses assez particulières. En effet, le jockey Franck O'Neill décidera de prendre rapidement le large avec LA FARINA alors que George Stern sur SARDANAPALE se contentera de suivre à distance cette échappée quelque peu inconsidérée. Pour autant, LA FARINA abordera la ligne droite avec une confortable avance et c'est seulement à ce moment-là que George Stern se décidera à lancer son cheval  pour refaire un retard qui, vu des tribunes, paraissait insurmontable. Pour autant, il parviendra à se rapprocher jusqu'à la hanche de son adversaire et le coiffera sur le poteau au prix d'une énergie déployée qui enthousiasmera les spectateurs présents.


Une fois la Première Guerre Mondiale déclarée, les courses seront en partie suspendues, le programme classique se déroulant néanmoins à peu près normalement à partir de 1916. Elle reprendront comme avant la guerre à partir de mai 1919, avec des allocations fortement diminuées, mais qui seront rapidement réévaluées grâce aux recettes du Pari Mutuel.

 

De 1920, on se souviendra du grand Prix de Paris, de la victoire attendue de SOURBIER (appartenant à James Hennessy) mais une victoire qui n'aura pas lieu, son jockey, J.Childs, démarrant beaucoup trop tôt, et se voyant dépassé in extrémis par COMRADE et EMBRY, le premier l'emportant d'une courte tête. COMRADE, qui appartenait à Evremond de Saint-Alary, sera surtout connu pour avoir été le premier cheval à gagner le prix de l'Arc de Triomphe.

1920, c'est aussi l'année de la disparition d' Edmond Blanc qui venait de marquer de façon prégnante l' histoire du turf pendant près de 40 ans, avec un palmarès unique en partie du à des choix d'élevage particulièrement ingénieux.
Quelques mois plus tôt, William-Kissam Vanderbilt avait également disparu. Le Haras du Quesnay et son effectif seront vendus à une autre américain, Arthur-Kingsley Macomber, qui fera fructifier cet héritage génétique jusqu' à son décès, en 1955.  En 1958, le haras sera racheté par William Head.

 

edmondblanc

 

Le palmarès d'Edmond Blanc

En France

8 victoires dans le prix Morny

8 victoires dans la Poule d' Essai des Poulains

7 victoires dans le Grand Critérium

7 victoires dans le Grand Prix de Paris

7 victoires dans le Prix Lupin

5 victoires dans le Prix de Diane

4 victoires dans le Jockey Club

3 victoires dans la Poule d' Essai des Pouliches

3 victoires dans le prix Ganay

3 victoires dand le Royal Oak

2 victoires dans le prix Ispahan  

2 victoires dans le Prix Vermeille

A l 'étranger

2 victoires dans les Middle Park Stakes

1 victoire dans les Eclipse Stakes

trois fois second dans le Derby d'Epsom

 

RETOUR AU SOMMAIRE

1920-1931

 

 

 

PL AT - dans HIPPISME