23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 19:32

L'Irish Derby c'est un épreuve phare dont on parle peu. Et pourtant, il sacre presque invariablement des champions et de futurs étalons de premier plan. C'est aussi l'épreuve qu'Aidan O'Brien ne veut pas rater, au point de parfois de se sur-représenter comme en 2009 avec six partants mais ne pouvant rien contre Alamshar. On imagine donc sa déception quand il a du annoncer le forfait d' Us Army Ranger, le poulain avec lequel il escomptait bien gagner et battre celui qui l'avait battu à Epsom. Un fils de Galileo gagnant et père de quatre gagnants d'Irish Derby, une mère lauréate des Irish Oaks par Dalakhani 2e de l'Irish Derby, un socle génétique qui ne pouvait que le conduire à l'excellence sur les vallons du Curragh. Donc plan B pour lui, avec Idaho, Port Douglas, Shogun et Claudio Monteverdi qui ont pour point commun de n'avoir gagner qu'une seule course, leur maiden.
Débarassé de cet opposant,
Harzand, le gagnant d'Espom qui sera aidé par un leader, se voit déjà en haut de l'affiche, avec pour lui la mission d'être le cinquième Aga Khan à gagner les deux Derby.
Parmi l'opposition,
Moonlight Magic qui doit combler plus de soixante longueurs de retard sur Harzand mais dont le profil le prédispose en partie à réussir, par sa mère Melikah seconde des Irish Oaks, c'est un neveu de Galileo, Sea The Stars et c'est aussi un Cape Cross.
Quant à
Stellar Mass, à priori il a peu chance de faire l'arrivée, étant plutôt inconséquent et ne gagnant son maiden qu'à la septième tentative sur le même parcours, il est de la famille maternelle de Lawman, Cape Blanco et de la championne User Friendly seconde de l'Arc de Subotica.
Red Verdon a toutes les qualités pour absorber les déclivités et les descentes en faisant un podium, peut-être mieux à la réserve près que son jockey n'a gagné qu'une fois au Curragh..

 

Encore un regret, pas de français. La dernière tentative remonte à 2007 avec Royal And Regal, un cheval sans vrai chance présenté par André Fabre, qui suivait celle de Gentlewave, les victoire d'Hurricane Run, Montjeu et Dream Well ainsi que l'échec de Dalakhani.

En 1976 François Boutin l'a gagné avec Malacate un lauréat du prix La Force. En 1971 Philippe Lallié avait réussi l'exploit de le gagner avec son Irish Ball qui s'était classé troisième du Derby de Mill Reef.  Et avant eux c'est Etienne Pollet l'entraineur du phénoménal Sea Bird qui  avait réussi à le gagner deux fois avec Prince Régent et Tambourine.

 

Minding dans les Pretty Polly Stakes face à quatre pouliches de 4 ans très peu titrées cherchant surtout à se valoriser pour entrer dignement au Haras, ce n'est pas très excitant. Un peu moins même que Misty For Me quand elle avait ridiculisé la championne Midday dans la même épreuve.
Pour elle, cela ne devrait être qu'une étape mineure pour aller plus sérieusement vers les Oaks irlandais et à priori les Nassau Stakes (sauf si A O'Brien envisage une confrontation avec les mâles...)
Enjeu secondaire avec en vue un doublé jamais réalisé Oaks/Pretty Polly Stakes. Dans tous les cas, elle se situe dejà au dessus d'une Peeping Fawn ou d'une Oh So Sharp et vise d'être meilleure qu'Ouija Board (mais pour cela il faudrait qu'elle soit au départ de l' Arc..)

PL PLAT
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 05:38
Diane, La Cressonnière, Rouget/Fabre

Même si le prix de Diane a été visuellement peu orthodoxe avec un tassement et une succession d'écarts latéraux au moment où l'accélération de certaines prétendantes allait conditionner l'ampleur de leurs foulées jusqu'au poteau, la victoire de La Cressonnière est de celle qu'on ne peut pas contester. Et bien sûr pour Jean-Claude Rouget, une pouliche d'exception toujours invaincue, polyvalente, capable d'aller dans tous les terrains et de plus ne rechignant pas à lutter si nécessaire.


Et maintenant son programme annoncé : comme Avenir Certain, La Nonette et l'Arc, donc avec une rentrée deux mois après le Diane et ensuite six semaines pour la monter en condition et l'amener à l'apogée de sa forme le jour J (sans avoir testé sa tenue) .. Programme à haut risque et d'une ambition modérée (mais quand même celle d'être la neuvième pouliche de 3 ans à gagner l'Arc) alors que tenter le programme Poule d'Essai, Diane, Nassau Stakes, Vermeille, Arc c'était déjà essayer de se situer au moins entre Zarkava et Three Troikas dans le Panthéon des pouliches. C'est aussi persister dans un déroulement de carrière qui a cautionné un enchaînement Isonomy/Herod superflu, une impasse sur les Réservoirs (la peur infondée de Trixia) une rentrée dans La Camargo au lieu de l'Imprudence ou  la Grotte, choix prévalant à priori dans le seul but de l'amener invaincue sur les classiques en reportant le plus tard possible l'affrontement frontal avec les meilleures.
Désormais, une rentrée dans le prix de la Nonette, c'est l'obligation d'une victoire nette face à des pouliches du Royaumont ou du Malleret à a tenue non avérée, quelques battues du Diane et St Alary, éventuellement des anglaises et irlandaises trop justes pour les Nassau Stakes.

Comme en 2009,
Jean-Claude Rouget réalise, une année exceptionnelle, mais il est bon de rappeler que comparativement depuis 10 ans André Fabre gagne deux fois plus de Groupes/Groupes 1 et quatre fois plus de Groupes à l'étranger. Et encore André Fabre en gagne beaucoup moins que dans les années 90. En 1992 il avait gagné autant de Groupes que Jean-Claude Rouget en a gagné ces cinq dernières années.


Pour réussir défintivement cette année 2016, que de défis pour lui, La Cressonnière dans l'Arc, Almanzor (doublé dans les Champion Stakes), Qemah (Rothschild, Le Marois...Moulin), Jemayel (Psyché, Flore, Opéra), Mekhtaal (Grand Prix de Paris, Guillaume d'Ornano), Zelzal (Jean Prat, Le Marois) et Ervedya (Falmouth Stakes, Sussex, Le Marois, Sun Chariot Stakes), faire mieux qu'André Fabre qui en 1992 avait gagné treize Groupes 1.

PL PLAT
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 23:29
Camprock

Camprock

La clef de ce Prix de Diane c'est peut-être Pawneese, la dernière pouliche ayant gagné les prix Pénélope et Cléopâtre à avoir réalisé le doublé. A ce titre et pas seulement, Camprock et Highlands Queen sont les prétendantes idéales.
Camprock, c'est le fer de lance d'un Myboycharlie qui avait déjà laissé entrevoir sa capacité à bien produire avec Euro Charline une lauréate des Beverley D Stakes placée dans les Coronation et Falmouth Stakes. Une invaincue avec un enchaînement pur Rose de Mai/Pénélope jusqu'au grain de sable du St Alary. Son père étant continuateur de Danetime/Danehill, sa mère étant par Sadler's Wells, Danehill x mère par Sadler's Wells, cela a donné par le passé Peeping Fawn et Alexander Of Hales. Côté maternel, c'est la famille proche de la matrone Hasili par sa 4e mère Sookera. (Deuxième tentative de Pia Brandt après celle avec Ball Dancing).
Highlands Queen c'est une fille de Mount Nelson (étalon n'ayant pas encore produit de gagnant de G1) qui a produit la bonne Volume placée dans les Oaks anglais et irlandais. Coté maternel, c'est la lignée Rothschild de Diatome, Dicta Drake et Dragon Blanc. Ce qui est sûr c'est qu'elle fera beaucoup mieux que Bereni Ka.

Pour autant,
La Cressonnière sera la Rouget favorite, avec son parcours d'une invaincue atypique. Sans foulées dans le Sud Ouest pour gagner facile, un passage par Craon, mais aucun essai sur les Condé. Un minimum de tenue par sa mère une fille de Galileo piètre compétitrice, elle-même fille de Lil's Jessy qui n'a pas pas eu le souffle suffisant pour faire l'arrivée de la Poule d'Essai. Une souche maternelle assez commune, si ce n'est qu'elle est la même que la grande Highclere. La partie ne sera pas facile, loin de là, car l'opposition est plus corsée.

Jemayel est celle qui a refroidit les ambitions de Camprock (plus par un concours de circonstances que par une qualité supérieure). Par contre The Juliet Rose une semi-invaincue dont l'aïeule Selene est la mère du chef de race Hyperion, est bien au départ de cette épreuve pour prouver qu'elle n'est pas uniquement d'envergure à glaner le Royaumont (c'est aussi de l'Opéra ou du Vermeille dont on rêve).
Parmi les nouvelles venues, la supplémentée
Volta (visant à minima le bronze) s'est affirmée dans le Sandringham de façon spectaculaire comme une prétendante sérieuse dont le frère Calvados Blues (qui avait un profil de miler, placé dans le Jockey Club) mais dont la tenue n'est pas sûre (elle est par une fille de Machiavellian). On essaye mais on n'est pas sûr de rester sur la distance, son coup d'éclat ou une petite place va conditionner d'éventuelles ambitions vers les Falmouth Stakes, le Rothschild ou les Nassau Stakes, l'Opéra.

Le cas de
Left Hand est compliqué. La belle note du Boussac qui avait laissé entrevoir un beau potentiel (un pédigree sans taches, avec de la tenue, par Dubawi et par une mère engagée dans le Diane mais ne tentant que le Royaumont et ayant pour soeur cadette Plumania..). Et à 3 ans la déception. Mais un léger mieux dans le Saint-Alary. J'aimerais qu'elle surprenne.

Celles qui au mieux pourront espérer une toute petite place.

Azaelia une pouliche de souche Wildenstein à la remorque de Zghorta Dance dans un Vanteaux ordinaire. C'est une nièce d'Asti qui avait tenté sans succès le Diane. Zghorta Dance est une petite-fille de Zghorta qui avait aussi tenté la classique pour la même casaque.
Armande une Fabre trop tardive pour envisager le Saint Alary, butant dans une B sur une pouliche Wertheimer jugée inférieure à Left Hand et tentant le Royaumont. Conservée à priori sur la demande expresse du Baron.
Happy Approach, anormalement tardive pour une fille de New Approach d'une mère entraînée également par Markus Nigge malchanceuse au point de conclure quatre fois seconde de listed, d'une belle famille maternelle EP Taylor, sa 5e mère South Ocean étant la mère de Storm Bird et l'arrière grand-mère de Green Tune (South Ocean sera aussi la mère d'un certain Ballydoyle qui sera vendu à Keeneland 3,5 millions de € dans les années 80, un record à l'époque). Surement capable d'évoluer, mais nettement battue par Golden Valentine une nièce de Goldikova moyennement estimée.
Idem pour Tierra Del Fuego et Gysoave.

L'opposition d'outre-Manche.
Depuis l'avénement de Star Of Seville,
Swiss Range sera surveillée très attentivement. Deux profils différents. Pour Star Of Seville, John Gosden l'avait présentée rapidement dans le prix de Diane après son échec (en partie excusable dans les Oaks). Pour Swiss Range, cela semble être une cible, les Oaks ayant été écartés faute de tenue (sans doute l'expérience tirée de Timepiece une autre Abdullah qui comme elle était fille de Zamindar et d'une mère par El Prado). Swiss Range, reconnaissable facilement avec ses hautes balzanes, est aussi une nièce de Spanish Moon. Ses deux dernières courses, elle les a gagnées très facilement, allongant des foulées d'une amplitude supérieure et affligant quelques longueurs à Even Song qui vient de gagner les Ribblesdale Stakes à Ascot. Confiance maximale dans le camp Gosden/Dettori.
Pour Aidan O'Brien que vise rarement le Prix de Diane (le dernier en date avec Up et Kissed) il y a un peu de malice à vouloir tenter cette édition les marques Ballydoyle et Coolmore.

Ballydoyle envisagée dans les Coronation Stakes, est de celles qui a essayé de rafler le plus de lauriers à 2 ans, juste en-dessous de Minding, entrée directement dans les Guinées. Son entraineur force le destin génétique en escomptant qu'elle tienne mieux que sa soeur Misty For Me. Un coup de bluff qui doit se lire comme une évidence .
Coolmore c'est la petite outsider de base jugée limite sur le mile, que l'on rallonge, au cas où, bien que sa mère, une propre soeur de Giant's Causeway, était surtout rapide (en ayant tenté l'Opéra) et que son frère Gleneagles s'est essentiellement cantonné au mile.
Pour Aidan O'Brien, la question reste toujours de trouver la bonne équation potentiel/aptitude/distance qui permet de tirer le meilleur en évitant l'auto-concurrence, mais parfois s'imposant des choix qui défient la logique..

A lire également ces deux études très complètes sur Hexaturf et Passion Courses

 

PL PLAT
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 19:27
Western Hymn à Sandown

Western Hymn à Sandown

Quand on pense qu'en France entre le Ganay et le Dollar, il y a 5 mois et pas grand chose de valable sur distance intermédiaire, penser qu'aucun cheval français ne tente pas les Prince of Wales est un peu désespérant, même si certains envisagent à priori les Eclipse (New Bay, Garlingari) ou les International Stakes (Dariyan), d"autres préféreront s'aligner malheureusement dans la Coupe fin juin.

L'édition 2016 de ces Prince of Wales's Stakes aurait pu d'ailleurs être anodine, mais la présence d'
A Shin Hikari, lauréat désinvolte du prix Ispahan, attise la curiosité, à savoir s'il va être capable de mettre quelques longueurs à The Grey Gatsby et Found, et imaginer la suite pour lui. Sa mère Catalina une jument américaine a été exportée au Japon en 2003. Sa 4e mère Sea Saga est la grand-mère de Southern Halo, étalon qui produira More Than Ready.
The Grey Gatsby qui continue à porter fièrement le rating de notre Jockey Club a fait l'arrivée de tous ces G1 l'année dernière. Le voir rentrer ici si tardivement ne l'autorise guère, malgré son talent, à le voir gagner mais il devrait ne pas être loin, en vue d'une seconde tentative dans les Eclipse.
Quant à
Found elle est sur la brèche sans discontinuer (avec pour fierté d'avoir battu un lauréat de Derby et d'Arc) et même si elle n'a pas l'envergure d'une Ouija Board ou d'une The Fugue, elle devrait pouvoir menacer sérieusement le japonais.
Western Hymn dont on ne sait pas avec certitude si, lui, il est un vrai cheval de G1, a fait une bonne rentrée en résistant au rentrant Time Test qui a décliné ici (hélas) le combat et qui lui est intrinséquement supérieur. Mais là, si The Grey Gatsby fait une rentrée sage et si d'aventure le japonais était désorienté par Ascot, il pourrait gagner (l'année dernière il avait devancé Postponed, prétendant sérieux à l'Arc)
Tryster n'est pas un mauvais cheval, mais son Jebel Hatta ne vaut pas grand chose, et il devrait conclure logiquement derrière trois des six prétendants tout comme My Dream Boat (c'est notre ligne du prix Perth) qui ne vaut pas G1.

Les Duke Of Cambridge c'est une sorte de mini Jean Romanet mais sur le mile. C'est une épreuve récente au palmarès de laquelle on trouve de très bonnes juments comme Soviet Song et Integral.
Usherette et Maimara, deux pouliches françaises s'y essayent pour tenter de succéder à Sabana Perdida.

Usherette c'est une pouliche de classe, avec un seul échec dans le Rothschild d'Amazing Maria, sans doute tenté trop tôt face à des femelles plus expérimentées. C'est une souche Wildenstein, celle commençée avec Vale, celle de Vespone.

Quant à Maimara elle a connu une année de 3 ans en dents de scie avec une tentative honorable dans les Sun Chariot Stakes en fin de saison et malgré son échec dans le prix du Muguet, doit pouvoir accrocher une 3-4e place.
Pour elles le danger viendra de
Jazzi Top (qui a été tout prés de gagner le prix de l'Opéra) Blond Me (dont la mère est une nièce de Conduit), de l'américaine Miss Temple City une placée des Coronation Stakes et de Lucida qui vaut nettement mieux que sa rentrée moyenne au Curragh.

PL PLAT
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 11:14
Belardo à Goodwood

Belardo à Goodwood

Comme d 'habitude Royal Ascot va débuter avec les illustres Queen Anne (qui jusqu'en 2004 n'étaient qu'un G2 ouvert également aux 3 ans..) cette année honorées d'une participation japonaise et américaine.
De notre côté on aura
Ervedya, ce qu'on a de mieux chez nous, LA vitrine de Siyouni.
Concernant
Esotérique, si elle pouvait ajouter ces Queen Anne à son doublé Rothschild/Le Marois (réussi en battant à chaque fois des 3 ans) et sa victoire dans les Sun Chariot Stakes, ce serait fabuleux (mais à mon avis compliqué..).
Mine de rien, un sacré défi pour nos pouliches, les femelles gagnant peu, sachant qu'il avait fallu attendre un demi-siècle pour que Goldikova succède à Kandy Sauce (ces deux dernières lauréates avaient d'ailleurs une aïeule commune, Lady Brilliant, dans la descendance de laquelle on trouve aussi Rakti, Finsceal Beo, Emperor Jones qui s'étaient classés second de l'épreuve..).

Amazing Amaria sera elle aussi compétitive, à la réserve près qu'elle n'a jamais affronté les mâles..

Pour l'opposition annoncée, ce sera
Tepin une jument qui aligne sur le turf US les victoires associée à J.Leparoux en ayant battu nettement l'ex Rouget Wekeela placée dans l'Opéra (on peut espérer la voir plus tard à Deauville) avec la réserve d'un double acclimatation (jockey/cheval).
Belardo (avec un leader) qui avait beaucoup déçu à 3 ans semble avoir entamé son année de 4 ans avec de nouvelles ambitions.
Endless Drama (arrêté un an) qui est de la même lignée maternelle que Blakeney et Nightime c'est la bonne surprise potentielle ici, battu par Zawrak et Gleneagles à 3 ans, deux références majeures. Il peut offrir à Ger Lyons  son deuxième G1, maintenant ou plus tard dans les Sussex.
Toormore est un cheval de fer souvent ponctuel qui ne devrait pas rater son départ à 15:30.

Pour les autres, sans doute quelques places honorifiques. Comme avec Kodi Bear, Lightning Spear, Arod qui, depuis son combat avec Solow, s'est égaré en Australie et Mondialiste qui depuis sa belle place dans le Jean Prat a tracé depuis un drôle de parcours chez David O'Meara passant de handicaps à York à Woodbine, Keeneland et Sha Tin, mais réussissant globalement quand l'opposition est un peu plus faible.
Quant à Cougar Mountain, à savoir s'il est capable de réitérer sa bonne performance de 2015, c'est peu probable, c'est un intermittent peu fiable.
A Shin Erwin est un cheval japonais (modeste) mais qui aurait pu être aussi bien européen, par Shamardal, de souche maternelle Fahrhof, celle de Lomitas, Lavirco et Pastorius (avec une lauréate de prix de Diane allemand). Lui voir une chance serait un peu inconsidéré.


Dans les St James, il y aura un enjeu de taille avec
The Gurkha et la mise en perspective du rating de notre notre Poule d'Essai.
Pour lui un obstacle à priori sérieux avec ce Cape Cross,
Awtaad (aidé par un leader) impérial en Irlande, battu pour ses débuts par un O'Brien ayant raté les Dante et le Derby, et qui depuis a tracé un parcours idéal (mais protégé) en Irlande. Chez lui, après que sa souche maternelle se soit un peu perdue outre-Atlantique, émerge à nouveau cette qualité de My Charmer sa 5e mère qui a produit dans les années 70 et 80 les deux champions Seattle Slew et Lomond.
Galileo Gold, dont le pedigree le raccroche à la fois à Montjeu et un vainqueur de l'Abbaye, était parti pour être le leader des 3 ans, mais Awtaad l'a freiné brusquement dans son ascension. L'idéal serait qu'il lutte avec The Gurkha en se vengeant de Awtaad.
Cymric et Emotionless ont deux pedigrees aussi américains que Tepin, de ceux que l'on scrute avec méfiance mais sans enthousiasme particulier. Le premier n'a produit qu'un seul fait de gloire en étant le dauphin d'Ultra dans le Lagardère. Le second est un ex espoir en perdition dans les Dewhurst.
First Selection et Zonderland sont au départ pour ramasser les miettes.

PL PLAT - dans CHRONIQUES

English